Modiste

Niveau d'accès :
Statut(s) :
artisan, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /

Le modiste imagine et réalise sur mesure, à l’unité ou en petites séries, des chapeaux, véritables accessoires de mode, qu’il vend ensuite dans sa boutique à une clientèle presque exclusivement féminine ou aux professionnels du monde du spectacle ou de la mode.

Pour confectionner un chapeau, le modiste donne libre cours à son imagination et à sa créativité. Après avoir inventé un modèle, il coupe la matière choisie, la moule sur des supports ou la façonne à la main pour lui donner la forme et le volume souhaités. La dernière étape est celle des finitions et du garnissage, qu’il réalise avec beaucoup de minutie pour embellir et personnaliser son ouvrage. Il ouvre parfois une boutique pour vendre ses créations. Des formations existent du CAP au bac + 2.

Le métier

Nature du travail

Concevoir

Le modiste imagine un modèle de chapeau, esquisse des dessins puis crée le patron. Il choisit les matériaux à utiliser (feutre, mousseline, lainage, fourrure, paille, sisal, etc.). Le modiste ne conçoit pas toujours le design de ses chapeaux ; parfois, il part du croquis d’un couturier ou d’un styliste.

Fabriquer

Dans son atelier, le modiste adapte sa technique à la matière qu’il travaille. Le feutre est moulé sur une forme en bois et façonné à la vapeur à l’aide d’un fer à repasser, d’un fer polonais ou à coque. Le chapeau de paille est conçu à partir d’une tresse de paille. La fourrure est coupée à partir du patron, puis cousue à la machine et à la main. Le sisal, utilisé surtout pour les cérémonies, permet au modiste de sculpter son ouvrage en créant des volumes en trois dimensions.

Les finitions (ganses, surpiqûres) sont réalisées à la main. Les garnitures : voilettes, rubans, plumes, fleurs, perles… viennent ensuite parfaire la coiffe.

Vendre

Dans sa boutique, le modiste vend sa collection originale mais aussi des articles classiques fabriqués dans des chapelleries industrielles. Il guide les clients vers tel ou tel modèle en fonction de leurs goûts, de leur physionomie et des tendances de la mode.

Compétences requises

Innovation et rigueur

Imaginatif et créatif, le modiste recherche l’originalité. Mais, pour vivre de son art, il doit garder les pieds sur terre. Tenir un budget, remplir son carnet de commandes, rentabiliser un point de vente… un impératif pour l’artisan installé à son compte.

Ouverture et dynamisme

Le succès d’un modiste se construit grâce au bouche-à-oreille. À lui de se faire connaître, en se rendant sur des salons, par exemple, ou en intégrant des réseaux professionnels (autour du spectacle, du cinéma ou de la couture, de la presse spécialisée dans la mode, etc.). Autres initiatives possibles : organiser des présentations de ses collections, participer à des expositions de chapeaux ou à des concours de créateurs.

Dextérité et sens artistique

Doté d’une excellente acuité visuelle, d’une bonne perception des volumes et du sens des couleurs, le modiste confectionne des modèles variés. Son activité revêt un caractère à la fois artisanal et artistique, exigeant beaucoup de doigté et d’habileté pour couper, tailler, coudre, façonner et apporter les finitions… Curieux et intuitif, ce professionnel de la sait anticiper les nouvelles tendances.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

De l’atelier à la boutique

Le modiste fabrique ses modèles dans un atelier de confection, en compagnie d’autres professionnels ou seul. Il a la possibilité de travailler à son domicile. Dans la majorité des cas, il exerce comme artisan indépendant, avec des horaires irréguliers en fonction du nombre de commandes.

Il peut également faire de la vente dans une chapellerie, où ses compétences font merveille pour changer un ruban, modifier une décoration, faire un point pour rétrécir une entrée de tête… S’il a l’esprit d’entreprise, il ouvrira ou rachètera une boutique pour vendre ses créations.

S’adapter à la clientèle

Un modiste réalise des chapeaux sur mesure pour les professionnels du théâtre, du cinéma, pour les maisons de couture, et pour des particuliers. Sa clientèle est alors presque exclusivement composée de femmes, les chapeaux pour hommes étant plutôt fabriqués par des chapeliers.

Quand il crée un chapeau pour une cliente, le modiste prend les mesures de sa tête, tient compte de sa morphologie mais aussi de sa personnalité. Il s’enquiert de ses goûts et de l’usage qu’elle compte faire de son couvre-chef (pour le quotidien, pour une cérémonie, etc.).

Carrière

Un marché du sur-mesure restreint

Aujourd’hui, le chapeau n’est plus réservé aux défilés de mode ou aux réceptions. Il a conquis la rue et s’affiche désormais en toutes saisons (capeline à larges bords pour se protéger des rayons du soleil, feutre pour affronter les rigueurs de l’automne et de l’hiver). Néanmoins, le métier de modiste reste peu répandu et les débouchés sont limités.

La plupart des chapeaux sont fabriqués en grande série, dans un cadre industriel, par des ouvriers plus ou moins qualifiés. Les petits ateliers de fabrication artisanale ont du mal à survivre et se font peu à peu absorber par les maisons de haute couture. Quant aux commandes de particuliers, elles interviennent surtout à l’occasion de mariages.

Besoin de jeunes talents

On compte une centaine de modistes en France. Ce nombre ne va pas progresser de manière spectaculaire dans les années à venir, mais les effectifs devraient se renouveler. Le secteur est en effet à la recherche de jeunes diplômés capables d’innover par le choix des matériaux et des techniques utilisés.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

À partir du Smic.

Accès au métier

Le CAP métiers de la mode, option chapelier-modiste permet d’accéder au métier de modiste. Néanmoins, les jeunes diplômés ont tout intérêt à poursuivre jusqu’au bac. Le modiste peut également suivre une formation en stylisme.

  • Après la 3e

  • CAP métiers de la mode : chapelier-modiste
  • Niveau bac

  • Bac pro métiers de la mode – vêtement
  • FCIL mode et accessoires
  • Niveau bac + 2

  • BTS design de mode, textile et environnement

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Jusqu'au BAC

niveau 4 (bac ou équivalent)

Formations dans le reste de la France

Jusqu'au BAC

niveau 5 (niveau CAP)

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

En savoir plus

Témoignage

Agnès, modiste
Se salir pour l'amour de l'art

"Contrairement à ce que les gens imaginent, je n'exerce pas un métier délicat. Quand on fabrique un chapeau, on se salit des pieds à la tête. Et on s'abîme les mains parce qu'on utilise des acides, de la colle, des clous... De ce travail grossier et ingrat va quand même naître, comme par enchantement, un ouvrage tout en finesse, une véritable oeuvre d'art..."