Musicien / musicienne

Niveau d'accès :
Statut(s) :
intermittent du spectacle
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /
Vidéo

Créer des mélodies, les interpréter, transmettre son savoir… Le métier de musicien recouvre une multitude de spécificités : à chacun de choisir sa propre musique, de jouer sa propre histoire !

Jouer d’un instrument, chanter, enseigner… les manières de pratiquer la musique de façon professionnelle sont nombreuses. Mais le talent ne suffit pas : un entraînement rigoureux et régulier est indispensable pour atteindre un bon niveau, quel que soit l’instrument pratiqué. Très souvent intermittent, le musicien doit diversifier ses activités et s’adapter aux bouleversements du marché du disque s’il veut vivre de sa passion.

Le métier

Nature du travail

Jouer, chanter, enseigner,

Le musicien interprète une oeuvre devant un public, en suivant une partition, en soliste ou accompagné par d’autres musiciens ou des chanteurs. Il peut encore créer son propre répertoire en composant et en arrangeant des morceaux. Parfois, il conçoit tout un spectacle dont il peut être lui-même l’interprète ou pour lequel il a prévu différents artistes. Le musicien peut aussi être chanteur. Dans ce cas, il interprète, en soliste, différents répertoires : du classique au contemporain, en passant par la variété. En tant que choriste, il peut intégrer un ensemble vocal.

Le musicien peut aussi transmettre son art en devenant enseignant. Il travaille alors au sein d’établissement scolaire (depuis l’école maternelle jusqu’au lycée), d’une école de musique, d’un conservatoire (à rayonnement communal, départemental ou régional) ou encore dans les maisons de quartier. Il peut aussi développer, avec les équipes d’encadrement, une vie musicale dans les crèches, les hôpitaux, les centres socioculturels…

Compétences requises

Une passion exigeante

Faire de la musique exige un sens artistique développé. De même, créativité et originalité sont nécessaires pour composer. Afin d’atteindre et de conserver un bon niveau, le musicien doit aussi se perfectionner tous les jours. C’est un travail long et minutieux qui demande de la persévérance et parfois une remise en question de ses acquis pour pouvoir évoluer et développer sa pratique instrumentale.

Une passion généreuse

Le musicien ne se contente pas de jouer des notes. Il doit aussi interpréter les partitions avec son coeur et sa sensibilité afin de nouer une relation avec le public. La musique se reçoit et se vit. Et c’est grâce à la générosité du musicien, à sa « distribution » de notes, que l’on peut apprécier la musique à sa juste mesure.

Une passion maîtrisée

Déchiffrage à vue, transposition, arrangements… derrière une musique se cache une technicité due à des années de pratique. Le musicien accompli possède aussi une grande culture musicale : courants musicaux, contextes historiques, sociaux et culturels, musicologie… Il sait comment s’organise un spectacle, définit ses propres besoins en matériel, son ou lumière, et connaît les contraintes techniques des lieux dans lesquels il se produit. Enfin il peut utiliser des logiciels de MAO (musique assistée par ordinateur) quand il compose.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Pour tous les goûts

Dans le domaine des musiques classiques, le musicien est souvent recruté par un orchestre. Sous la direction de son chef, il se définit par son instrument et sa position dans le groupe (premier violon, second violon, etc.). Il peut aussi être indépendant. Pour les musiques actuelles (jazz, variété, rap, rock…), il se produit seul ou en groupe.

Dans tout type de lieux

Selon son répertoire et son style, le musicien joue dans divers lieux : salles de spectacle, opéra, festival, clubs de vacances, piano-bars, bals voire dans des restaurants, des casinos ou des salles de congrès.

À un rythme soutenu

Le musicien participe à des auditions, s’entraîne, crée, répète et se produit sur scène. Son rythme est intense et plus marqué en soirée et en fin de semaine. Qu’il soit soliste, artiste de variétés ou membre d’un orchestre, il est amené à se déplacer fréquemment, en France comme à l’étranger, par exemple pour faire une tournée.

Avec des intervenants variés

Le musicien est en relation constante avec les techniciens son et lumière quand il donne un concert. Il côtoie également des producteurs de musique, managers, tourneurs, organisateurs de festival…

Carrière

Un secteur en transformation

Les nouvelles technologies (smartphones, webradios…) et les sites communautaires ont facilité l’accès du public à la musique. Mais le marché du disque s’effondre. Pour s’adapter aux nouveaux modes d’écoute, les musiciens doivent donc, en plus de la scène, diffuser leurs oeuvres par l’intermédiaire des médias audiovisuels.

Toujours l’intermittence

Le musicien peut être salarié au sein d’un orchestre classique permanent. Mais sur les plus de 25 000 musiciens recensés en France, seuls 2 200 ont un poste permanent de ce type. Les autres sont intermittents du spectacle.

Faire jouer ses contacts

Pour trouver des contrats, le talent n’est pas toujorus suffisant. Le musicien intermittent doit se montrer débrouillard. Ses capacités à nouer des contacts avec les professionnels du milieu détermineront la réussite de sa carrière, un carnet d’adresses bien fourni étant essentiel.

Se diversifier

Environ 20 % des musiciens vivent convenablement de leur art. Les autres doivent diversifier leurs activités pour compléter leurs revenus : enseignement, collaboration à des jingles d’émissions ou de publicité, bandes originales, missions de technicien du spectacle…; Ils peuvent aussi exercer un second métier dans un autre secteur d’activité.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 179 000 Cfp (1500 euros) brut par mois.

Très souvent, un musicien est payé au cachet (variable en fonction de sa notoriété, de la nature de sa prestation…).

Accès au métier

Un apprentissage dès l’enfance est préférable pour espérer faire carrière . Les conservatoires de musique classés par l’État proposent plusieurs cycles de formation dès l’âge de 5 ans. Dès le collège, on peut intégrer une CHAM (classe à horaires aménagés en musique). De nombreuses écoles privées forment aussi au métier de musicien.

  • Niveau bac

  • Bac technologique TMD (techniques de la musique et de la danse), option instrument
  • DNOP (diplôme national d’orientation professionnelle), spécialité musique
  • DEM (diplôme d’études musicales)
  • Niveau bac + 2

  • DE (diplôme d’Etat) de professeur de musique
  • DUMI (diplôme universitaire de musicien intervenant)
  • Niveau bac + 3

  • DNSP (diplôme national supérieur professionnel) de musicien
  • Niveau bac + 5

  • Diplôme de formation supérieure de musique du Conservatoire de Paris ou de Lyon
  • Diplôme supérieur de musicien professionnel instrumentiste concertiste

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Jusqu'au BAC

non inscrit au RNCP

Après le BAC

niveau 2 (bac + 3 et 4)
niveau 1 (bac + 5 et plus)
niveau 3 (bac + 2)

En savoir plus

Témoignage

Jordane, pianiste, professeure et directrice de l'école de musique et des arts de Malaunay (76)
Musicienne et pédagogue

"Après un bac littéraire, je me suis inscrite en fac de musicologie et, parallèlement, à temps plein au conservatoire. J'ai obtenu mon diplôme d'État de professeur de musique et je prépare le diplôme de fin d'études de direction d'orchestre. Aujourd'hui, je dirige une école de musique et je donne des cours de piano. Je joue de mon instrument tous les jours. Je tiens à continuer de pratiquer, pour mon équilibre personnel : j'ai besoin de me sentir artiste, pas seulement pédagogue et directrice. Ça fait partie de ma personnalité. Je participe aussi à un trio atypique (violon, clarinette et piano) dont le répertoire, du XXe siècle, est influencé par la musique de l'Est. Pour ma technique pianistique, je m'inspire beaucoup des techniques d'archet du violon et des détachés de l'embouchure propres à la clarinette. Il faut savoir rester ouvert !"



Dora, musicienne concertiste et professeure
De la rigueur et de la méthode

"J'ai commencé ma carrière assez tard, à 24 ans. Aujourd'hui, je donne des concerts au sein d'une formation de musique de chambre, aussi bien en France qu'à l'étranger. J'enseigne aussi la musique dans un conservatoire municipal.""L'été, nous organisons des stages : pratique du piano la journée, concert le soir. C'est un moment magique. La musique est très gratifiante... mais nécessite beaucoup de travail, de rigueur et de méthode. Sans cela on n'obtient rien. Il faut s'accrocher."