Opérateur / opératrice sur machine à commande numérique

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/
Vidéo

Partout où les machines à commande numérique sont présentes, l’opérateur est là pour les programmer, les alimenter, les décharger et veiller à ce que tout se passe au mieux, tout au long de la chaîne de fabrication.

L’opérateur conduit une ou plusieurs machines à commande numérique (tour, perceuse, rectifieuse, fraiseuse…) pilotées par un programme informatique, qui fabriquent des pièces mécaniques par usinage. Maillon essentiel de la chaîne de fabrication industrielle, l’opérateur maîtrise seul la conduite des machines dont il est responsable. L’automobile, l’aéronautique, la construction navale et mécanique recherchent des professionnels de plus en plus qualifiés, au moins titulaires d’un bac pro.

Le métier

Nature du travail

Fabriquer par usinage

L’opérateur conduit une ou plusieurs machines à commande numérique (tour, perceuse, rectifieuse, fraiseuse…) pilotées par un programme informatique. Ces machines fabriquent des pièces mécaniques (boîtes de vitesses, moteurs…) par usinage, c’est-à-dire en enlevant du métal. En FAO (fabrication assistée par ordinateur), certaines machines multifonctions peuvent effectuer différentes opérations d’usinage (tournage, fraisage…) simultanément.

Lancer et gérer la production

Dans le cadre du lancement et du suivi d’une production en série, l’opérateur commence par préparer le travail de fabrication. Il étudie le dessin de la pièce à réaliser, définit un mode opératoire, programme les machines, choisit les outillages, installe et règle les outils. Après les premiers essais et tests, la production en série démarre.

Contrôler et corriger

Une fois le système de production en route, l’opérateur surveille le bon déroulement du processus. Rien ne doit lui échapper. Tout doit être conforme. À lui de respecter la qualité, les délais et les coûts. Il contrôle des pièces finies prélevées, repère les dérives au niveau des dimensions ou des formes par exemple, et apporte les corrections nécessaires à la programmation des machines pour les rectifier.

Compétences requises

Logique et méthodique

Réaliser des travaux d’usinage sur des machines à commande numérique demande un esprit méthodique, de la logique et une attention soutenue. Le travail de l’opérateur exige en effet des gestes précis, de la minutie et de l’astuce, sans oublier une bonne résistance physique, puisqu’il s’agit d’un travail debout en atelier, avec des horaires irréguliers. Pour lire les plans, une bonne représentation des volumes dans l’espace est nécessaire.

Être polyvalent

L’opérateur doit maîtriser schémas et formules mathématiques, et savoir utiliser les différents moyens de mesure et de contrôle des machines à commande numérique qui sont de plus en plus sophistiquées. Il doit aussi connaître les techniques d’usinage, pouvoir effectuer des réglages et la mise au point de l’outillage sur les machines multifonctions notamment.

Le sens des responsabilités

Chaque jour, l’opérateur rencontre des problèmes différents. À lui de réagir rapidement aux situations urgentes ou aux aléas de la production. Il doit également se conformer, à tout instant, aux règles de sécurité. L’aptitude à travailler en équipe est particulièrement appréciée.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Dans de petites entreprises

Cet opérateur exerce en atelier dans de petites entreprises, sous-traitantes de grands groupes aéronautiques ou automobiles. Il peut également être salarié d’une entreprise importante de fabrication mécanique. Polyvalent, il intervient sur plusieurs machines différentes : centre de tournage, centre de fraisage… Cependant, afin d’améliorer le rendement, les machines sont de plus en plus souvent multifonctions.

En toute autonomie

Particulièrement autonome, l’opérateur maîtrise seul la conduite des machines dont il est responsable. Il fait face aux imprévus, anticipe les problèmes et effectue même de petits dépannages. Il doit tout à la fois assurer la qualité des produits réalisés et la continuité de la production.

En collaboration

L’opérateur travaille toujours en équipe, et ses activités l’amènent à collaborer avec les différents services de l’entreprise. De la maintenance à la gestion de production, en passant par le contrôle qualité, il échange des informations avec tous ceux qui, comme lui, cherchent à optimiser la production et à réduire les coûts. Il peut aussi demander des conseils au bureau des méthodes en cas d’usinage de nouvelles matières, par exemple.

Carrière

Qualification à la hausse

L’industrie recherche aujourd’hui des opérateurs polyvalents et de plus en plus qualifiés, capables d’occuper différents postes de travail sur une ligne de fabrication. Des places sont à prendre dans les secteurs ayant recours aux techniques d’usinage : automobile, aéronautique, construction navale, construction mécanique, construction de matériels électriques, industrie de l’armement, réalisation d’outillages… À noter : débuter en intérim est fréquent.

Devenir chef d’atelier

Dans l’industrie, les opportunités de promotion interne ne manquent pas. Avec de l’expérience, un opérateur peut rapidement encadrer une équipe et évoluer vers des fonctions de chef d’atelier (lancement, coordination et suivi de la production). Grâce à la formation professionnelle, il peut également se spécialiser et devenir par exemple programmeur sur machine à commande numérique, technicien des méthodes, technicien qualité ou encore gestionnaire de production.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 203 000 Cfp (1700 euros) brut par mois.

Source : http://www.semaine-industrie-bretagne.fr/metiers-et-formations/metallurgie/operateurtrice-sur-machine-a-commande-numerique.html (visité le 13/02/2015).

Accès au métier

Les formations spécialisées en mécanique, électricité, électronique, structures métalliques sont appréciées des entreprises.

Niveau bac

  • Bacs pro pilote de ligne de production ; productique mécanique, option décolletage ; technicien outilleur ; technicien d’usinage.

Niveau bac + 2

  • BTS conception des processus de réalisation de produits ; DUT génie mécanique et productique

En savoir plus

Témoignage

Olivier, opérateur sur machines à commande numérique
Un passionné des électroaimants

"Avec ma machine, je fais tout de A à Z. Je pars du dessin, je compose le programme, je procède aux montages et je m'occupe de la petite maintenance. Chaque jour, je planifie le travail de la journée. Si j'ai besoin de matière première, je m'approvisionne au magasin. Dès que j'ai réalisé ma première pièce, je la contrôle moi-même. Puis, je passe à la fabrication en série. Le nombre de pièces à fabriquer est variable : 20, 100, 200, c'est la moyenne, mais la machine peut fabriquer jusqu'à 1 000 pièces."