Pilote de ligne automatisée (chimie – agroalimentaire – industrie pharmaceutique)

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /
Vidéo

Sur la ligne de fabrication, les matières premières se séparent ou se mélangent, les biscuits ou les comprimés sont rangés puis conditionnés. Le pilote de ligne automatisée contrôle les différentes étapes du processus.

Le pilote de ligne automatisée est aux commandes des installations de fabrication ou de conditionnement, depuis la réception des matières premières jusqu’au produit fini, prêt à être livré. C’est un métier qui recrute des jeunes, en particulier dans les secteurs de la chimie, les industries pharmaceutiques et agroalimentaires. Avec des perspectives d’évolution de carrière réelles.

Le métier

Nature du travail

Fabriquer en continu

Dans une usine de biscuits, de médicaments ou de plastiques, la fabrication du produit s’effectue en continu sur un ensemble de machines automatisées (les lignes de fabrication). Le pilote de ligne automatisée contrôle l’ensemble des opérations permettant de transformer les matières premières solides ou liquides en un produit fini.

Commander les installations

Chaque matin, le pilote consulte les consignes de production à respecter (quantités, cadences, normes de qualité…). Il intègre les données (température, débit, pression, etc.) dans le programme informatique qui gère le système. La production lancée, il surveille le déroulement des opérations sur un écran, effectue les contrôles de qualité en prélevant des échantillons à différentes étapes de la fabrication. Il peut identifier les anomalies en cours d’opération et les rectifier.

Conditionner les produits

Dans l’industrie pharmaceutique ou agroalimentaire, le même type d’opérations se répète pour le conditionnement : le pilote de ligne réceptionne des produits (gélules, biscuits, etc.) en vrac et assure leur mise sous emballage (papier cartonné, plastique…).

Compétences requises

Être très réactif

Responsable d’une ligne de fabrication ou de conditionnement, le pilote de ligne automatisée doit maîtriser toutes les étapes d’un process industriel. Il doit faire preuve de méthode, de précision, d’un sens des responsabilités développé. Il doit aussi être très réactif pour identifier les anomalies survenant en cours de production et trouver une solution rapidement.

S’adapter aux évolutions

Un bagage technique en informatique et en automatique est nécessaire pour interpréter les informations fournies par les instruments de contrôle. De plus, les équipements étant renouvelés périodiquement, une bonne capacité d’adaptation est indispensable.

Avoir l’esprit d’équipe

Enfin, même s’il est autonome sur sa ligne, le pilote aura constamment à transmettre des informations et des consignes aux autres équipes, voire à encadrer des opérateurs, après quelques années d’expérience. Aussi, des aptitudes à la communication et au management sont-elles toujours appréciées.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Au rythme de la production

Le métier n’est pas de tout repos : station debout prolongée, nuisance due au bruit des machines, travail en horaires décalés, y compris le week-end lorsque les produits sont fabriqués en continu. De plus, le pilote doit atteindre des objectifs de production, de qualité, de délais de fabrication… Il endosse donc de grandes responsabilités.

À la tête d’une équipe

Le pilote de ligne automatisée est responsable de son équipement et encadre les opérateurs de fabrication. Il participe également à des réunions avec des collègues de l’atelier ou d’autres services (approvisionnement, maintenance, qualité). La transmission des informations est en effet essentielle au bon déroulement des opérations.

Dans un environnement propre

Dans l’industrie pharmaceutique ou agroalimentaire, les pilotes de ligne sont soumis à des contraintes spécifiques de  » bonnes pratiques de fabrication  » passant par le respect de règles d’hygiène strictes : port de gants, de charlotte pour couvrir les cheveux et de blouse stériles.

Carrière

Des recrutements dans l’agroalimentaire

Une grande part des offres recensées par l’Apecita (Association pour l’emploi des cadres ingénieurs et techniciens de l’agroalimentaire) concernent les métiers de process, dont plus de la moitié en production, dans les entreprises de l’agroalimentaire (13 400 entreprises en France, dont 4 500 dans l’Ouest).

Surtout des PME

Les industries de la chimie et de l’agroalimentaire font se côtoyer PME (petites et moyennes entreprises) et grands groupes. Par exemple, on compte plus de 3 000 entreprises dont 60 % de petites entreprises comptant moins de 10 salariés, selon l’Observatoire de la chimie, implantées surtout en Ile-de-France et dans la région Rhône-Alpes, mais aussi dans le Nord-Pas-de-Calais et les régions méridionales.

Des exigences à la hausse

L’automatisation des procédés de fabrication a accru les exigences à l’embauche. Les entreprises attendent de leurs techniciens une maîtrise des technologies de contrôle et de conduite. Après quelques années d’expérience et une formation, les pilotes de ligne automatisée peuvent évoluer vers des postes de chef d’équipe ou de responsable d’atelier de production.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

À partir du Smic et jusqu’à environ 179 000 Cfp (1500 euros) brut par mois.

Dans l’industrie laitière par exemple, au Smic s’ajoutent des primes de nuit et du dimanche.

Accès au métier

Les pilotes débutent de plus en plus avec un bac professionnel. Automatisation oblige. Il est encore possible de débuter en tant qu’opérateur et de suivre, ensuite, une formation sanctionnée par un certificat de qualification professionnelle (CQP), reconnu par les branches professionnelles. À l’inverse, des diplômés de BTS et DUT du secteur industriel peuvent faire valoir leur niveau d’études pour évoluer plus facilement dans l’entreprise en tant que responsables d’atelier.

Niveau bac

  • Bac pro pilotage de systèmes de production automatisée ; bio-industries de transformation ; industries de procédés.

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Jusqu'au BAC

niveau 4 (bac ou équivalent)

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

Formations dans le reste de la France

Jusqu'au BAC

niveau 4 (bac ou équivalent)

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

En savoir plus

Témoignage

Grégory, pilote d'installations automatisées
Être minutieux est indispensable

"Si un décalage de quelques millimètres se produit sur une machine, le bloc n'aura pas les bonnes dimensions ! Il est donc essentiel de régler la machine au mieux. Des problèmes liés à la qualité du béton peuvent ainsi se poser. D'où la nécessité de vérifier la résistance du béton. Une tâche qui m'incombe aussi."



Magali, pilote de ligne automatisée dans l'industrie pharmaceutique
Des perspectives d'évolution

"Dans l'atelier de conditionnement, toutes les lignes ne sont pas totalement automatisées : certains produits liquides ou pâteux nécessitent encore la présence de deux ou trois opérateurs chargés du remplissage des tubes ou des flacons, de la mise en étui et de l'emballage. C'est à moi d'organiser leur travail et de contrôler l'ensemble du processus. Je suis entrée dans l'entreprise il y a deux ans et je viens déjà d'obtenir une formation à l'informatique pour évoluer vers d'autres fonctions."