Régisseur / régisseuse lumière

Niveau d'accès :
Statut(s) :
intermittent du spectacle, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

Sans lumière, pas de spectacle ! De la bougie au laser, tous les effets sont mis en place et programmés sur console par le régisseur lumière. Ce professionnel dirige la préparation technique du matériel et assure l’éclairage lors du spectacle.

Le régisseur lumière est responsable de la préparation et de l’installation de l’équipement d’éclairage d’un spectacle. À la fois technicien et logisticien, ce professionnel doit adapter les techniques de l’éclairage aux projets du metteur en scène tout en respectant les contraintes du lieu et les règles de sécurité. Ce métier exigeant offre quelques postes dans des scènes conventionnées ; des possibilités existent néanmoins au sein de petites compagnies, où il peut exprimer son sens artistique.

Le métier

Nature du travail

Organisateur et manager

Le régisseur lumière, sous la direction du concepteur lumière (éclairagiste) ou du scénographe, assure en amont la préparation technique des spectacles. Il détermine le choix et l’usage du matériel d’éclairage qui sera installé. Il dirige une équipe de techniciens chargés de cette installation.

Technicien du spectacle

Le régisseur lumière intervient dès lors qu’il reçoit des plans lumière du metteur en scène : l’emplacement, les marques des projecteurs à utiliser ainsi que les différentes couleurs. Quelque 500 références sont disponibles ! Il met en oeuvre toutes les combinaisons d’effets lumineux voulus par le scénographe. Il enregistre et programme chaque projecteur sur une console qu’il utilisera et pilotera lui-même lors du spectacle. Sa connaissance de la salle ou du lieu lui permet également de faire des propositions de lumière au metteur en scène.

Informaticien et artisan

Des projecteurs traditionnels aux programmations sur ordinateur (console ou jeu d’orgues) en passant par les appareils d’optique, les sources de lumière sont très variées. Si l’informatique est devenue incontournable, rien n’empêche l’éclairagiste d’avoir recours à des techniques ancestrales, par exemple un écran de tissu pour un jeu d’ombres chinoises ou même une bougie.

Compétences requises

Technicien et créatif

L’éclairage d’une scène implique de maîtriser l’utilisation de matériels et de techniques adaptées. Le respect rigoureux des règles de sécurité demande des compétences précises. La pratique des langues est devenue indispensable dans ce métier relationnel. Ce qui n’exclut pas la créativité, indispensable pour traduire les propositions d’un metteur en scène.

Chef d’équipe

Le régisseur lumière encadre une équipe technique chargée du montage, du réglage et des éclairages d’un spectacle. Il estime le nombre de techniciens nécessaires pour l’installation et la mise en place d’un spectacle, et planifie leur travail. Il doit être capable de prendre en charge l’accueil d’un spectacle, mais aussi l’organisation d’une tournée et son suivi, d’assurer la gestion technique, la disponibilité et la maintenance des équipements. Il peut être amené à remplacer l’éclairagiste quand le spectacle part en tournée.

Réactif et organisé

S’adapter aux imprévus, assurer la conduite lumière et l’adapter aux aléas d’un spectacle demande au régisseur lumière beaucoup de sang-froid et de résistance au stress. Il doit être capable de parer à tout problème de dernière minute. Durant un spectacle, il doit faire preuve d’assurance pour diriger son équipe et anticiper les besoins.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Des rythmes décalés

Les lieux de spectacle emploient au moins un régisseur lumière salarié. Mais le recours aux intermittents, le temps d’une création, est largement généralisé, en particulier pour les petites compagnies de danse ou de théâtre. Le rythme de travail dépend de la durée de réalisation du spectacle. Ce métier requiert une grande disponibilité et une bonne condition physique pour s’adapter à des horaires irréguliers et décalés, week-ends et jours fériés compris, mais aussi pour se déplacer au rythme des tournées en province ou à l’étranger.

Un travail à risques

Le régisseur lumière évolue dans un environnement assez fatigant. Il peut être amené à effectuer des manipulations de matériels lourds (un projecteur peut peser jusqu’à 20 kg). Le travail en hauteur sur pont, en nacelle, l’utilisation de l’électricité, l’intensité du bon déroulement des effets lumière pendant un spectacle peuvent provoquer à la longue des risques pour sa santé.

L’événementiel : une autre  » scène  »

Les régisseurs intermittents sont nombreux à diversifier leurs activités vers l’audiovisuel et surtout l’événementiel, un marché prospère. Des sociétés de prestations de services se sont même créées pour répondre à la demande d’animation de lieux. Les régisseurs lumière y ont leur place.

Carrière

Peu d’emplois salariés

Le régisseur lumière est souvent employé en CDD (contrat à durée déterminée). Les emplois en CDI (contrat à durée indéterminée) sont peu fréquents, sauf dans les structures de taille importante. La majorité des CDI est offerte par les théâtres nationaux et les scènes conventionnées. Le régisseur lumière peut aussi consacrer une partie de son temps à des activités très peu rémunérées, voire bénévoles, afin d’aider des petites compagnies aux capacités financières réduites, d’élargir son réseau ou de compléter son expérience.

Du régisseur au concepteur

Les risques plus ou moins élevés du métier peuvent rendre la reconversion professionnelle relativement précoce. Les régisseurs lumière se tournent le plus souvent vers le métier de régisseur général, qui présente la même dimension de logistique matérielle et de gestion d’équipe sans le stress inhérent au spectacle. D’autres développent leur créativité dans le métier de concepteur lumière.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

À partir de environ 182 000 Cfp (1529 euros) brut par mois (pour un horaire de 151 h 40) correspondant au groupe 6 dans la filière technique de la grille de salaire revalorisée au 1er janvier 2012.

Accès au métier

Les formations initiales en électricité et électronique sont un atout au départ pour exercer la profession de régisseur lumière. Les évolutions techniques du métier nécessitent un niveau de qualification de plus en plus élevé et privilégient un cursus scientifique. Quelques écoles réputées forment des diplômés de niveau supérieur après un passage par la régie lumière. À noter aussi : le titre professionnel de technicien du spectacle (niveau IV, bac) uniquement préparé par apprentissage dans le CFA (centre de formation d’apprentis) du spectacle vivant et de l’audiovisuel de Bagnolet.

  • Après la 3e

  • Bac pro métiers de l’électricité et de ses environnements connectés
  • Titre professionnel de technicien du spectacle option lumière
  • Niveau bac + 2

  • BTS électrotechnique ; métiers de l’audiovisuel option métiers de l’image
  • DUT mesures physiques
  • DMA (diplôme des métiers d’art) régie de spectacle option lumière
  • Diplôme de régisseur spécialisé du spectacle option lumière (en apprentissage)

Niveau bac + 3

  • Diplôme de régisseur technicien de spectacle de l’Esad (École supérieure d’art dramatique) rattachée au TNS (Théâtre national de Strasbourg)

Niveau bac + 5

  • Diplôme de concepteur lumière de l’Ensatt (École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre) de Lyon

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)

Formations dans le reste de la France

Jusqu'au BAC

niveau 4 (bac ou équivalent)
non inscrit au RNCP

Après le BAC

niveau 3 (bac + 2)
niveau 1 (bac + 5 et plus)

En savoir plus