Responsable de laboratoire de recherche

Niveau d'accès :
Statut(s) :
fonctionnaire, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

Un robot à vision autonome ou un traitement médical contre l’ostéoporose sont l’aboutissement final de longues études. Au responsable de laboratoire de recherche de définir, piloter et valider ces travaux d’une équipe de chercheurs et de techniciens.

Le responsable de laboratoire de recherche définit, pilote et valide les travaux d’une équipe de chercheurs et de techniciens. Il cherche des financements pour les différents programmes qu’il souhaite déployer. Il représente son laboratoire auprès des autres services de l’entreprise ou à l’extérieur vis-à-vis du public. Ce chercheur a acquis une expertise lui permettant d’encadrer et de guider la recherche dans son domaine d’études. Il travaille dans le secteur public ou dans l’industrie.

Le métier

Nature du travail

Définir des axes de recherche

Le rôle du responsable de laboratoire est de proposer et de définir les travaux de recherche en cours et de fixer des priorités, donc de définir un axe de recherche clair. Par exemple, s’il s’agit de rechercher des alternatives à l’utilisation du pétrole, il peut décider de se concentrer sur les substituts du plastique dans un domaine précis. Pour orienter ses choix, il analyse les publications scientifiques et prend en compte l’expertise acquise par son laboratoire.

Chercher des financements

Une fois l’étude définie, il participe activement à la recherche de financements pour les différents programmes qu’il souhaite déployer, une phase primordiale. Il constitue et rédige les dossiers nécessaires à l’obtention de fonds publics ou privés. Il présente et défend les programmes du laboratoire auprès des donateurs potentiels : de grands groupes industriels, des ministères, des associations pour la recherche, des fonds européens…

Encadrer

En plus de ses activités de recherche, il exerce une fonction d’encadrement. Il supervise les travaux des différents stagiaires et assistants de recherche du laboratoire inscrits en master, en doctorat… Plus son laboratoire est important, plus il y consacre du temps. Il participe aussi au recrutement des équipes.

Compétences requises

Être un expert en son domaine

Le responsable de laboratoire est chargé de détecter de nouvelles opportunités de recherche dans son domaine de compétences. La veille scientifique est donc primordiale. Il doit toujours être au fait de l’actualité scientifique et maîtriser parfaitement des savoirs scientifiques complexes, d’autant qu’il doit valider les publications des chercheurs travaillant dans son laboratoire.

Savoir communiquer

Il rédige aussi ses propres publications. Surtout, il doit répondre aux sollicitations internes et externes sur les travaux du laboratoire : bilans, réunion avec d’autres services du laboratoire ou de l’entreprise, interviews auprès des journaux… À lui de savoir communiquer clairement avec des interlocuteurs d’horizons divers. La maîtrise de langues étrangères, notamment l’anglais et l’allemand, est indispensable.

Savoir mener un projet

La gestion de projet est une de ses compétences primordiales. Il doit savoir mener une étude de A à Z, en proposant des axes d’études, en établissant les cahiers des charges, en étudiant les avant-projets, en concevant des prototypes, des produits et des procédés nouveaux, en évaluant le retour sur investissement (coûts, rentabilité…), en constituant des dossiers techniques….

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Chef d’équipe

Le responsable de laboratoire de recherche anime des réunions avec les différents chercheurs du laboratoire, afin d’évaluer l’état d’avancement des études. Il observe avec eux les principaux succès et obstacles rencontrés, puis fait l’arbitrage sur les solutions à mettre en place (moyens, ressources, méthodes)… Il contrôle le respect du planning et des procédures de méthodologie nécessaires à l’obtention de résultats fiables.

Des fonctions multiples

Il partage son temps entre les observations et les expériences scientifiques qu’il supervise, le travail de bureau à l’ordinateur, et les réunions à l’extérieur. Le responsable de laboratoire peut aussi exercer une activité de professeur et enseigner à l’université, lorsqu’il est enseignant-chercheur.

Des déplacements fréquents

Il participe souvent à des manifestations scientifiques : congrès, colloques, tables rondes, groupes de réflexion. Il anime aussi la politique des partenariats : il tente, par exemple, d’établir des liens avec d’autres laboratoires (publics ou privés) pour regrouper des moyens de recherche. Il se rapproche des organismes de valorisation de la recherche, favorisant les transferts de connaissances scientifiques, technologiques et économiques entre les chercheurs et le monde de l’économie.

Carrière

Dans le public

Dans le secteur public, la recherche concerne de nombreux domaines : l’agronomie, le nucléaire, la médecine, le spatial… Parmi les organismes les plus importants, citons le CNRS (Centre national de la recherche scientifique), le CEA (Commissariat à l’énergie atomique), le Cnes (Centre national d’études spatiales), l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), l’Inra (Institut national de la recherche agronomique)… Certains chercheurs sont aussi rattachés aux universités ou aux hôpitaux publics. Mais les candidats sont nombreux pour peu d’élus : seulement 3 000 à 3 500 postes d’enseignant-chercheur sont proposés chaque année, dont un tiers dans les disciplines scientifiques.

Dans le privé

Plus de 80 % des chercheurs sont ingénieurs de recherche dans le secteur privé. Ce sont l’automobile, les équipements de communication et la pharmacie qui réalisent la moitié des dépenses de recherche, suivis par les grandes entreprises de l’informatique, de l’aéronautique, de l’énergie, des cosmétiques, de l’agroalimentaire… En matière économique, il n’y a pas de compétitivité sans innovation. Les entreprises recrutent donc de jeunes ingénieurs ou doctorants. Le poste de responsable de laboratoire concerne des chercheurs expérimentés.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 346 000 Cfp (2902 euros) brut par mois (dans le secteur public). Variable selon le statut et le domaine d’expertise.

Accès au métier

L’obtention d’un doctorat est incontournable pour accéder au métier de chercheur. Pour le doctorat, il faut choisir soigneusement son sujet de thèse et trouver un laboratoire d’accueil. Une fois le diplôme obtenu, il est possible de compléter son cursus par une expérience professionnelle de post-doctorat, en France ou à l’étranger.

Le poste de responsable de laboratoire n’est pas accessible au débutant. Il faut avoir acquis une certaine expérience et avoir déjà publié des travaux pour pouvoir diriger une équipe de recherche.

  • Niveau bac + 8

  • Doctorat en chimie, physique, biologie, sociologie, démographie…

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Aucune formation disponible dans les autres régions de France

En savoir plus