Responsable de rémunération

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

Si les ressources humaines se sont diversifiées, l’administration de la paie n’en reste pas moins une fonction clé dans l’entreprise. De bac + 2 à bac + 5, les jeunes diplômés peuvent s’y faire une place en tant que responsable de rémunération.

Fonction la plus traditionnelle des ressources humaines, la gestion de la rémunération reste d’actualité. On n’imagine pas une entreprise sans responsable de rémunération pour superviser l’élaboration des fiches de paie et surveiller des indicateurs tels que les accidents du travail ou l’absentéisme. Si ce métier n’attire pas les foules, il offre pourtant de belles perspectives de carrière. Autre avantage : moins sélectif que d’autres fonctions des ressources humaines, le métier ne boude pas les bac + 2.

Le métier

Nature du travail

Établir les fiches de paie

Les courbes et les chiffres n’ont pas de secrets pour lui. Le responsable de rémunération supervise la préparation et le contrôle de la paie en encadrant une équipe de techniciens. Il est aussi chargé d’élaborer les tableaux de bord sociaux (qui dressent un suivi des salaires, des accidents du travail…).

Assurer une bonne gestion administrative

Garant d’une bonne gestion administrative du personnel, le responsable de rémunération veille au respect de la législation du travail, à l’application des règles sociales et conventionnelles de l’entreprise. Il est également en relation avec les caisses de retraite et les mutuelles pour se tenir informé des changements de taux ou des propositions les plus avantageuses en matière de couverture sociale. Lors d’un recrutement, il établit le dossier social du salarié.

Fidéliser le personnel

Grâce à des outils informatiques de pilotage, il contribue à l’orientation des ressources humaines de l’entreprise, en démontrant l’influence du salaire sur le taux de rotation du personnel. Une fonction complexe avec le développement du temps partiel et l’internationalisation des entreprises, puisqu’il faut gérer la carrière de leurs expatriés dans des pays où les règles du jeu sont différentes (niveaux de vie, systèmes juridique et fiscal).

Compétences requises

Avoir le goût des chiffres

Impossible d’exercer cette fonction sans connaître parfaitement la législation sociale et ses obligations légales, mais aussi le droit de la sécurité sociale et le fonctionnement des organismes sociaux. À cela doivent s’ajouter une bonne maîtrise des tableurs informatiques et des logiciels de paie, ainsi qu’un goût prononcé pour les chiffres.

Être réactif

Loin d’être routinier, ce métier exige une grande réactivité pour prendre en compte tous les cas particuliers de dizaines de salariés et suivre la loi en perpétuel mouvement. Un salarié malade durant 1 semaine, un changement d’échelon, des heures supplémentaires ponctuelles… sont autant de facteurs à prendre en compte dans le calcul de la paie mensuelle.

Faire preuve de rigueur et discrétion

Ce métier nécessite beaucoup de rigueur, d’impartialité et de fiabilité, un sens du service et du travail en équipe. Mieux vaut également inspirer confiance aux salariés et faire preuve de discrétion, car ce professionnel touche à un domaine très sensible.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Un travail de bureau

Le responsable de rémunération exerce un travail de bureau, avec des horaires fixes.

Divers statuts

Il occupe généralement un poste de salarié du privé, que l’on retrouve dans la plupart des entreprises, au sein de tous les secteurs d’activité. Mais il arrive que la gestion des rémunérations soit externalisée, chez un prestataire de services. Dans ce cadre, le responsable de rémunération est salarié par le prestataire. Il gère alors un portefeuille d’entreprises clientes très diverses, ce qui lui permet de connaître toutes sortes de conventions collectives et d’organisations. Enfin, le responsable de paie peut être employé par un établissement public : il est alors fonctionnaire.

Une technicité renforcée

Dans les grandes entreprises, la tendance est au regroupement des spécialistes de la paie et de l’administration du personnel dans des centres de service partagés, sortes de PME (petites et moyennes entreprises) au service des autres entités du groupe. Une façon d’homogénéiser les pratiques, mais aussi de renforcer la technicité de la fonction.

Carrière

La paie : un tremplin

C’est la fonction qui offre le plus d’emplois au sein des ressources humaines, même si les effectifs de gestion administrative ont tendance à se resserrer. De fait, pratiquement toutes les entreprises (à partir de 50 personnes) disposent d’une équipe (ou d’une personne) chargée de traiter les rémunérations. Malheureusement, c’est aussi la fonction qui attire le moins les diplômés, rebutés par les chiffres et la  » paperasse « . Dommage, car la gestion des rémunérations constitue un tremplin pour accéder ensuite à des postes plus stratégiques des ressources humaines, comme responsable des ressources humaines par exemple.

Place aux bac + 2

Autre avantage : à la différence des autres fonctions des ressources humaines qui recrutent plutôt à bac + 5, celle-ci permet à des titulaires d’un DUT (diplôme universitaire de technologie) ou d’une licence pro de tirer leur épingle du jeu, à condition d’avoir acquis une première expérience de 2 ou 3 ans. À défaut, une formation en apprentissage ou un stage dans un service similaire peut faciliter l’insertion.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ de 239 000 Cfp (2000 euros) à 346 000 Cfp (2900 euros) brut par mois.

Source : Apec (Association pour l’emploi des cadres), 2014.

Accès au métier

Un éventail de diplômes de bac + 2 à bac + 5

Selon l’importance du service et le niveau de responsabilité, le niveau de formation peut varier de bac + 2 au bac + 5.

  • Plusieurs diplômes mènent à la fonction :

  • Le DUT gestion et administration des entreprises (GEA) se prépare en 2 ans après le bac. Proposé dans toutes les régions, ce diplôme est assorti d’une option ressources humaines en 2e année dans une majorité d’établissements. Il peut également se préparer en apprentissage.
  • Un grand nombre de licences professionnelles concerne le domaine de la gestion des entreprises. En particulier la licence pro management des organisations, préparée dans de nombreuses universités, convient bien à ce métier, notamment pour l’exercice en PME (Versailles, Toulon, Amiens, Paris 11…). Elle se prépare en un an après un bac + 2 dans le domaine de la gestion et de l’économie, en particulier après un DUT GEA. Là encore, certaines sont proposées en apprentissage.
  • De nombreux masters professionnels en ressources humaines (bac + 5) sont accessibles après une licence en droit, gestion, économie… ou après un IEP (sciences politiques). Des formations sélectives recherchant des candidats motivés, ayant déjà effectué un stage en entreprise.
  • Les écoles de commerce peuvent préparer elles aussi à cette fonction. En 3 ans après une classe prépa ou en 5 ans après le bac, certaines proposent même des spécialisations en ressources humaines.

Exemples de formations

Formations disponibles en Nouvelle-Calédonie

Aucune formation disponible en Nouvelle-Calédonie

Formations dans le reste de la France

Après le BAC

niveau 2 (bac + 3 et 4)
niveau 1 (bac + 5 et plus)
niveau 3 (bac + 2)

En savoir plus

Témoignage

Sophie, responsable rémunération
Concilier l'inconciliable

"J'ai deux objectifs a priori difficiles à concilier : d'une part rendre attractifs les salaires et les avantages sociaux, d'autre part maîtriser la masse salariale. Grâce aux tableaux de bord informatiques que j'ai mis en place, je dispose de bons indicateurs pour argumenter auprès du directeur financier tout en intégrant ses contraintes. La fonction rémunération est un peu en retrait dans le choix des diplômés mais je trouve que c'est une approche des ressources humaines assez riche."