Technicien électronicien / technicienne électronicienne

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / / / / / / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/

Le technicien électronicien répare, installe et fabrique des produits à composantes électroniques : appareils audio-vidéo, instruments de mesure, systèmes de navigation, etc. Assistant de l’ingénieur, il maîtrise de multiples compétences.

Appareils audio-vidéo, électronique médicale, instruments de mesure, électronique automobile, systèmes de navigation… le technicien électronicien intervient sur une large gamme de produits. Maintenance ou réparation, installation, essais, fabrication industrielle, ses fonctions varient en fonction de l’entreprise dans laquelle il travaille. Souvent assistant de l’ingénieur, il peut travailler dans de petites entreprises, pour le compte de multinationales ou dans des sociétés de services.

Le métier

Nature du travail

Réparation et maintenance

Le technicien électronicien intervient sur des équipements industriels, des systèmes de télécommunications, etc. Il localise l’origine de la panne, procède au remplacement d’un composant ou d’une carte électronique, modifie le programme informatique intégré à une puce, puis remet en service les équipements.

Essais et contrôle

Dans un laboratoire d’essais, il vérifie qu’un prototype (de système de guidage laser, par exemple) est conforme aux performances attendues. En collaboration avec l’ingénieur, il définit les mesures à effectuer, puis réalise les essais et exécute les mises au point. Technicien de contrôle, il définit les tests à pratiquer sur les produits fabriqués.

Conception et fabrication

Dirigé par un ingénieur, il peut participer à des activités d’études : par exemple, à la conception à partir d’un cahier des charges d’une carte électronique. Il réalise le schéma de la carte, effectue les tests de conformité, et édite les documents de fabrication. En tant que technicien d’intégration, il participe à la fabrication des équipements en implantant les cartes électroniques et en assurant leur raccordement.

Compétences requises

Connaître la programmation

Les compétences demandées traduisent bien les deux évolutions qui ont récemment marqué l’électronique : l’extension du numérique et la diffusion de l’électronique dans la plupart des secteurs industriels (automobile, aéronautique, etc.). Pour le technicien électronicien, des connaissances en programmation informatique sont aujourd’hui indispensables. Il lui faut également bien connaître son environnement technique (moteurs, boîtes de vitesses, etc.).

Polyvalence appréciée

Les recruteurs apprécient de plus en plus les techniciens ayant une double compétence dans le domaine de l’électronique, par exemple : électronique et microélectronique ; électronique grand public et électronique professionnel.

Technicien et entreprenant

Dans cette profession, fortement marquée par la concurrence entre les entreprises, le dynamisme, l’initiative, la créativité et l’aptitude à travailler en équipe sont particulièrement appréciés. Une bonne maîtrise de l’anglais technique est souhaitée, ainsi que des aptitudes rédactionnelles afin d’écrire rapports et notices techniques.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Dans les PME

Le technicien électronicien travaille généralement dans une PME (petite ou moyenne entreprise). Très souvent polyvalent, il partage son temps entre plusieurs activités : négociation commerciale, étude de produits, service après-vente, etc.

Dans les grandes entreprises

Les activités du technicien électronicien y sont davantage spécialisées. Encadré par un ingénieur, il participe à l’intégration de systèmes complexes, à des essais ou au contrôle qualité. On peut également lui confier une partie d’un projet : création, à partir d’un cahier des charges, d’une carte électronique ou d’un module logiciel destiné à traiter des signaux numérisés. Il peut également travailler dans des sociétés de services, sous-traitantes des grandes entreprises (sociétés de maintenance, en particulier).

Carrière

Techniciens très recherchés

La progression rapide des applications de l’électronique favorise le recrutement des techniciens dans de nombreux secteurs : construction de matériels électroniques, mais aussi automobile, aéronautique et espace, énergie, télécommunications, secteur médical, sociétés de services (sociétés de maintenance industrielle, bureaux d’études), administration (ministères, par exemple). Les techniciens restent majoritairement recherchés par les PME (petites et moyennes entreprises). Les grandes entreprises recrutent, mais à un rythme moins élevé.

Évolution de carrière

Avec quelques années d’expérience professionnelle, le technicien peut accéder à des responsabilités d’encadrement d’équipe ou de conduite de projet. L’accès au statut de cadre peut être obtenu par promotion interne dans certaines entreprises. Mais, le plus souvent, l’évolution vers le niveau d’ingénieur est subordonnée au suivi d’une formation de type Cnam (Conservatoire national des arts et métiers).

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ 239 000 Cfp (2000 euros) brut par mois.

Accès au métier

Trois diplômes sont particulièrement adaptés à l’exercice de ce métier : le BTS, le DUT et la licence professionnelle.

  • Niveau bac + 2

  • BTS systèmes numériques, option B électronique et communications
  • DUT génie électrique et informatique industrielle
  • Niveau bac + 3

  • Licences pro mention électronique, énergie électrique, automatique

En savoir plus

Témoignage

Patrice, technicien de maintenance électronique
Être efficace

"Je suis spécialisé dans la maintenance du matériel médical. Dès qu'une machine a un problème, il faut effectuer le dépannage au plus vite... La maintenance préventive a de plus en plus d'importance, justement pour éviter que les machines tombent en panne. Pour exercer ce métier, il faut être motivé et autonome. Il faut surtout savoir se remettre en question tous les jours, parce que les technologies en électronique évoluent sans cesse."