Technicien électrotechnicien / technicienne électrotechnicienne

Niveau d'accès :
Statut(s) :
artisan, salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
/ / / / / / / /
Centre(s) d'intérêt(s) :
/
Vidéo

Le technicien électrotechnicien est le spécialiste des applications de l’électricité : il conçoit, analyse, installe et s’occupe de la maintenance des équipements électriques domestiques, industriels (automatisation, automates programmables) ou de bureau.

Le technicien électrotechnicien intervient dans les secteurs du bâtiment, de la maintenance et de la production industrielle. Il peut réaliser l’installation électrique d’un bâtiment en mettant en place les câbles qui distribuent les courants forts et faibles. Et raccorder différents appareillages : tableaux électriques, dispositifs de sécurité, etc. Avec un niveau bac + 2 et selon l’entreprise qui l’emploie, il peut être technicien d’études, d’essais, de contrôle, de fabrication.

Le métier

Nature du travail

Un spécialiste en électricité

Le domaine d’intervention du technicien électrotechnicien inclut les matériels électriques d’un bâtiment ou d’une usine (moteurs d’ascenseur, transformateurs, disjoncteurs, etc.), mais aussi tous les automatismes qui contrôlent en permanence ces équipements. Ouvrier, il réalise l’installation électrique d’un bâtiment, place les câbles qui distribuent le courant et raccorde différents appareils. Technicien, il exerce diverses fonctions et assure la mise en service et la maintenance des équipements électriques.

Du dessin au chiffrage…

Chez un constructeur de matériels, il dessine, grâce à un logiciel spécialisé, des moteurs ou des transformateurs en suivant les directives de l’ingénieur. Chef de chantier, il organise le travail des équipes, gère les approvisionnements, respecte le planning. Technicien d’études, il réalise les plans et les chiffrages des opérations en respectant les normes en vigueur.

… en passant par le contrôle

Le technicien électrotechnicien vérifie qu’un prototype (premier modèle) répond bien aux performances attendues. Il définit la série de tests à pratiquer, choisit les appareils de mesure à utiliser, réalise les essais, interprète les résultats et propose des modifications.

Compétences requises

Calcul et respect des normes

Sur un chantier d’installation, le technicien électrotechnicien calcule des formules : l’ampérage d’un disjoncteur par rapport à la longueur de fil, par exemple. De même, il s’informe régulièrement sur les normes qui évoluent sans cesse : hauteur des prises, distance entre plusieurs appareils, etc.

Suivre les évolutions

Les technologies électrotechniques évoluent constamment. À l’électrotechnique traditionnelle (moteurs, distribution de l’énergie) viennent s’ajouter l’électronique de puissance (conversion des courants), les automatismes (contrôle et commande du fonctionnement des matériels) et tous les courants communicants (domotique, sécurité incendie).

Précision et polyvalence

Polyvalence et capacités d’adaptation constituent les clés de la réussite. Le sens de la communication est également précieux dans la relation avec les clients et l’encadrement des équipes. La rigueur est indispensable, car l’électricité exige une vigilance de tous les instants.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Chez divers employeurs

Ce technicien travaille dans différents types d’entreprises : celles qui fabriquent du matériel électrique ou conçoivent des installations importantes ; celles qui réalisent des installations électriques et en assurent la maintenance. Ces dernières sont très souvent des structures artisanales ou de taille moyenne.

Avec des outils variés

L’environnement de travail de l’électrotechnicien et les outils mis à sa disposition sont variables. En bureau d’études, il utilise des consoles de CAO (conception assistée par ordinateur). Au sein d’un service d’essais, il dispose d’appareils de mesure sophistiqués. Dans l’ambiance animée d’un chantier d’installation, il travaille avec des logiciels de gestion de planning. Dans l’industrie ou en atelier, il bénéficie de machines et d’outillages de taille et de coût importants.

Carrière

Du BTP à l’automobile

Le technicien électrotechnicien travaille dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, de la construction électrique, des transports (SNCF, RATP, etc.), dans les entreprises agroalimentaires, de chimie ou de construction automobile. Dans les sociétés d’ingénierie, il conçoit des installations sur mesure pour les bureaux, hôpitaux ou usines (généralement avec de très nombreuses fonctions automatisées).

Personnel qualifié recherché

L’énergie électrique et toutes les technologies qui en découlent sont en pleine expansion. Avec le développement des automatismes, des réseaux de communication et de la domotique (automatisation de fonctions dans les maisons, les bureaux), le niveau de compétences s’élève. Les besoins en personnel qualifié restent très importants pour ce type de métier.

Une évolution sûre et rapide

Le technicien électrotechnicien évolue rapidement, car la demande en personnel encadrant est très forte dans ce secteur. Avec un bac pro, il peut devenir chef d’équipe. Avec un BTS, chargé d’affaires. Autre possibilité : s’installer à son compte ou s’expatrier dans des pays où l’on réclame des électrotechniciens.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

environ de 227 000 Cfp (1900 euros) à 298 000 Cfp (2500 euros) brut par mois.

Accès au métier

Le BTS permet d’exercer en tant que technicien d’études, d’essai ou d’accéder à des fonctions d’encadrement. Il existe aussi un DUT et des licences pro.

  • Niveau bac + 2

  • BTS électrotechnique ;
  • DUT génie électrique et informatique industrielle, ;
  • Niveau bac + 3

  • Licence pro mention métiers de l’électricité et de l’énergie

En savoir plus

Témoignage

Jérémy, électrotechnicien
Toujours plus de responsabilités

"Je travaille dans une petite entreprise d'électricité générale. Je me suis spécialisé en dépannage, mais je peux aussi intervenir sur des chantiers de neuf ou de réhabilitation. Le dépannage me permet d'être plus autonome. Je travaille sur un site de plusieurs immeubles où j'entretiens de nombreux contacts. J'aime bien également l'aspect détective de ce métier : chercher la panne et réussir à la réparer. Plus tard, j'aimerais avoir plus de responsabilités et devenir chef de site."