Technicien / technicienne en engins de travaux publics

Niveau d'accès :
Statut(s) :
salarié
Secteur(s) d'activité(s) :
Centre(s) d'intérêt(s) :
/ /
Vidéo

Les mécaniciens entretiennent et réparent les engins de chantier et de manutention : grues, bulldozers, chariots élévateurs… Ces spécialistes occupent une place importante dans les travaux publics et le bâtiment. Un métier qui offre de nombreux débouchés.

Une pelleteuse ou une grue qui tombe en panne, et le chantier prend du retard. Pour disposer d’un matériel fiable et performant, les entreprises du BTP font appel à des distributeurs ou des loueurs d’engins de travaux publics et de manutention. Ces sociétés prestataires emploient des mécaniciens réparateurs pour entretenir leur parc de machines. Prévention et dépannage constituent les deux facettes de ce métier qui offre de nombreux débouchés à des titulaires d’un CAP ou d’un bac pro.

Le métier

Nature du travail

Prévention et dépannage

Le mécanicien d’engins de chantier entretient à titre préventif les différentes machines et se déplace sur un chantier en cas de panne. Il peut être polyvalent et s’occuper de plusieurs engins différents ou être spécialisé dans un seul type de machine.

Entretien périodique

Lorsqu’il effectue une maintenance périodique, ce technicien procède aux vidanges, au graissage, au contrôle des pièces. Il observe les éléments relevant spécifiquement de l’entretien : filtres, fluides, analyses d’huiles… Il effectue les remplacements nécessaires et remplit le carnet d’entretien.

Diagnostic en urgence

Le mécanicien se déplace aussi chez le client en cas de panne d’un engin, il l’examine, puis, grâce à ses compétences techniques, établit un diagnostic. À lui de déterminer si la panne est d’origine mécanique, hydraulique, pneumatique ou électrique, en utilisant un appareil d’aide au diagnostic (ordinateur, scanner…).

Réparations et réglages

Une fois la cause identifiée, il démonte, répare et remonte les pièces défectueuses. Il effectue les réglages nécessaires et rédige des comptes-rendus d’intervention.

Compétences requises

Connaissances techniques

Pour intervenir sur des engins de plus en plus sophistiqués, le technicien de maintenance doit posséder de solides connaissances techniques en mécanique, mais aussi en hydraulique, en pneumatique, en électricité, électronique… Il doit aimer observer, chercher et trouver. Il sait faire preuve d’autonomie et d’esprit d’initiative.

Curiosité et méthode

Habile, ordonné, rigoureux et méthodique, ce professionnel soucieux de sa propre sécurité et de celle des autres, doit savoir prendre des décisions rapidement. Car la moindre panne peut immobiliser tout le chantier.

Où l'exercer?

Lieux d’exercice et statuts

Itinérant ou sédentaire

Les mécaniciens vont d’un site à l’autre (chaînes, sites industriels…) et disposent d’une grande autonomie. Les autres, sédentaires, travaillent en atelier ou sur site, au sein de petites équipes. Sur le terrain, il doit faire des réparations par tous les temps. Il peut parfois être amené à travailler très tard le soir, pour terminer sa tâche.

Polyvalent ou spécialiste

Selon le secteur ou l’entreprise qui l’emploie, le mécanicien réparateur est polyvalent (il entretient et répare tous les matériels) ou spécialiste d’un type de matériels, d’un type d’interventions ou d’une marque.

Sécurité et environnement

Qu’il travaille pour un concessionnaire ou pour une entreprise de réparation, ce professionnel agit toujours dans le respect des normes de sécurité et de protection de l’environnement.

Carrière

Le choix du secteur

Les débouchés les plus importants se situent chez les concessionnaires, les loueurs et les réparateurs de matériel, ainsi que chez les constructeurs et utilisateurs d’engins, plutôt que dans les entreprises de construction elles-mêmes. Des débouchés existent également dans les collectivités locales (services techniques municipaux, syndicats de communes…).

Des places à prendre

Quel que soit le secteur, beaucoup d’entreprises ont des difficultés à recruter des mécaniciens qualifiés. Le technicien de maintenance peut bénéficier d’un certain nombre d’avantages : véhicule de fonction, primes… Après quelques années d’expérience, il peut évoluer vers l’encadrement et devenir chef d’équipe, chef d’atelier, responsable de service après-vente ou responsable technique. Il peut aussi créer son entreprise et devenir gérant de concession pour une marque de matériels.

Salaire du débutant (base métropolitaine)

A partir du Smic et jusqu’à environ 191 000 Cfp (1600 euros) brut du CAP au bac pro, environ 2000 euros avec un BTS.

Accès au métier

Du CAP au BTS

Pour entretenir et réparer des engins de plus en plus sophistiqués, les entreprises font appel à un personnel dont la qualification s’adapte à l’évolution rapide du matériel.

  • Le CAP maintenance des matériels option matériels de travaux publics et de manutention se prépare en 2 ans, après la classe de 3e , en lycée professionnel ou par apprentissage.
  • Le bac pro maintenance des matériels option travaux publics et manutention se prépare en 3 ans, aaprès la classe de 3e . Le titulaire de ce diplôme a des responsabilités plus importantes et une évolution de carrière plus rapide.
  • Le BTS maintenance des matériels de construction et de manutention forme des agents de maîtrise et des cadres qui pourront occuper des emplois dans la maintenance, dans la distribution des pièces de rechange et dans le secteur de développement des produits. Le BTS se prépare en 2 ans après le bac.
  • des mentions complémentaires (MC) permettent d’approfondir un aspect de la profession. Les MC se préparent en 1 an après certains CAP, bacs pro ou un bac techno. Il s’agit des MC maintenance des installations oléohydrauliques et pneumatiques, MC maintenance des moteurs diesel et de leurs équipements.

En savoir plus

Témoignage

Elbey, technicien d'engins de chantier
Des engins toujours différents

"Il faut dépanner les engins le plus rapidement possible pour ne pas bloquer le chantier. Les qualités ? il faut être un bon mécano, très patient, attentif et à l'écoute des autres. On est obligé d'avoir un minimum de bases en hydraulique, en électronique... Je suis arrivé dans les travaux publics par hasard et c'est un métier qui me plaît beaucoup : c'est varié, pas routinier, car on travaille sur des engins toujours différents."